HAZard and OPerability review – HAZOP

L’HAZOP, une analyse utilisée depuis plus de 40 ans

Dans les années 1970, l’industrie chimique développe un modèle d’analyse avec la volonté d’identifier le maximum de risques dans ses installations, et en voulant être le plus systématique possible.

Cette analyse s’applique plus spécifiquement à des unités qui transforment des matières fluides en les combinant, en faisant évoluer leur température ou leur pression. Ces installations possèdent des documents qui retranscrivent le fonctionnement du procédé : ce sont les PCF (Plans de Circulation des Fluides) ou en anglais les P&IDs (Piping and Instrumentation Diagram). C’est à partir de ces schémas que seront structurées les réflexions qui conduiront à la méthodologie HAZard and OParabilty review, HAZOP, que l’on peut traduire « examen des risques dans les différentes façons d’opérer une installation ».

Leur utilisation se répandra de façon rapide dans l’industrie mettant en œuvre des procédés chimiques ou pétrochimiques. Des améliorations seront réalisées au fil des ans, avec notamment la quantification des probabilités et des conséquences, mais la philosophie générale reste identique.

L’HAZOP reste aujourd’hui une des analyses de risques les plus utilisées dans l’industrie chimique et pétrolière.


Déroulement d’une revue HAZOP

Une HAZOP se déroule toujours en groupe de travail. Chaque membre de ce groupe de travail est choisi pour son expertise technique ou son expérience de la conduite de l’installation. L’animation est réalisée par un chairman, qui est le garant de la méthodologie d’analyse et du bon fonctionnement du groupe.

Chaque installation fait l’objet d’un découpage en systèmes (également appelés segments, sections ou nœuds). Ces systèmes devront être homogènes en termes de conditions de service et de produit. Chaque système sera numéroté et les équipements le constituant et les conditions de procédé seront notés.

A l’aide de mot-clé, l’objectif est de passer en revue toutes les déviations des paramètres de fonctionnement possibles et leurs conséquences pour chaque élément du système défini auparavant.

Le tableau ci-dessous donne des exemples de déviation.

exemple de tableau hazop

Le schéma ci-dessous explicite le fonctionnement itératif d’une analyse HAZOP.

fonctionnement itératif d’une analyse HAZOP

groupe de travail HAZOP

Les clés du succès pour une revue HAZOP

Le succès d’une revue HAZOP passe par plusieurs conditions :

  • Bonne préparation et qualité de la documentation technique (précision et maturité des PID’s).
  • Définition préalable et bonne connaissance du rôle spécifique de chaque participant à la revue HAZOP.
  • Compétence technique et perspicacité des membres du groupe de travail.
  • Capacité du groupe de travail à utiliser efficacement la méthode comme outil de réflexion imaginative pour visualiser les déviations, leurs causes et leurs conséquences.
  • Capacité du groupe de travail à proposer des solutions sans pour autant refaire le procédé. Si un risque de dérive ne peut être solutionné par une modification évidente, le groupe de travail devra simplement tracer qu’une investigation supplémentaire est nécessaire.
  • Capacité du groupe de travail à conserver leur bon sens, particulièrement lors de l’évaluation de la criticité effective des risques identifiés.
  • Le regroupement des revues dans le temps : il est important d’avoir une continuité dans la tenue des sessions HAZOP pour garantir l’homogénéité de l’analyse
  • Des sessions journalières qui tendent à ne pas être trop longue, pour garantir la concentration de l’équipe, et donc la qualité des analyses.

ODZ Consultants réalise des HAZOP pour des types très différents d’installations industrielles. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous analysions ensemble la pertinence de ce type d’étude dans votre démarche de gestion du risque.